samedi 17 janvier 2015

Si maman si - Marie-Pier Perreault

Tous mes amis sont partis
Mon cœur a déménagé
Mes vacances c'est toujours Paris
Mes projets c'est continuer
Mes amours c'est inventer

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi

Et le temps défile comme un train
Et moi je suis à la fenêtre
Je suis si peu habile que demain
Le bonheur passera peut-être
Sans que je sache le reconnaître

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi

Mon cœur est confortable, bien au chaud
Et je lasse passer le vent
Mes envies s'éteignent, je leur tourne le dos
Et je m'endors doucement
Sans chaos ni sentiment

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi

Shy'm - Si Tu Savais

Oh ton regard sur moi qui se pose et m’entraîne
Sur ton doux visage je devine les mots, les poèmes
Et pas besoin de parler, tout est écrit dans nos yeux
Et ça me fait rêver ne serait-ce que de dire nous deux

Me vois-tu comme je te vois ?
Me sens-tu comme je te sens ?
Faudrait surtout rien gâcher

Baby si tu savais comme tu me fais du bien
Quand on a quelques minutes volées au quotidien
Je sais la chance qui nous est donnée de voir si loin
De partager la route, ton bonheur est le mien
Oh oh oh, oh oh oh

Oh cette image de toi qui me suit où je vais
Comme une gravure marquée pour ne pas oublier
Le parfum des mémoires
Quand tu es loin de mes yeux
L’envie de te revoir
De retrouver la vie à deux

Me vois-tu comme je te vois ?
Me sens-tu comme je te sens ?
Faudrait surtout rien gâcher

Baby si tu savais comme tu me fais du bien
Quand on a quelques minutes volées au quotidien
Je sais la chance qui nous est donnée de voir si loin
De partager la route, ton bonheur est le mien
Oh oh oh, oh oh oh

Me vois-tu comme je te vois ?
Me sens-tu comme je te sens ?
Faudrait surtout rien gâcher

Baby si tu savais comme tu me fais du bien
Quand on a quelques minutes volées au quotidien
Je sais la chance qui nous est donnée de voir si loin
De partager la route, ton bonheur est le mien
Oh oh oh, oh oh oh

TAL - Le Passé [Clip Officiel]

Il y a des jours où je vis loin du monde
Où tout les jours où mon cœur est trop lourd
Tant de souvenirs qui me lassent (qui me lassent)

Il y a des nuits où pour retrouver la paix
J'entends sa voix qui me disait
Tout doucement cette phrase

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser, traverser
Éviter tous ces orages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Avancer, pour trouver en moi
Tous les courages

Il y a des jours où la vie en demande beaucoup
Des jours où je ne comprends pas tout
Je suis perdue entre sourires et larmes

Il y a des nuits où je voudrais oublier
Où mon cœur est prisonnier
D'anciennes images qui m'assaillent

Suite à voir, sans détour
Aller simple sans retour
Réveille-toi, le futur te tend les bras

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser, traverser
Éviter tous ces orages

Et le passé, le passé
Envoler, le passé
Avancer, retrouver en moi
Tout les courages

J'ai fini par refermer
Les blessures de mon passé
Appris à tourner
Appris à tourner la page
J'ai fini par oublier
Tout ce qui s'était passé
Appris à tourner
Appris à tourner la page

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser, traverser
Éviter tous ces orages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Avancer, pour trouver en moi
Tous les courages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser, traverser
Éviter tous ces orages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Avancer, pour trouver en moi
Tous les courages

Amel Bent - Tu n'es plus là

1. Où est l'épaule sur laquelle j'me reposais
La présence chaude que mon corps aimait serrer
Où est passée la voix qui répondait à mes questions
L'autre moitié de moi sans qui j'perdais la raison

{Refren:}
Quand le jour me réveille
Et qu'il m'offre encore ses plus beaux éclats
Le vide est le même, tu n'es plus là.
Dans mon demi-sommeil, je respire mais je sais
Que je n'vis pas, plus rien n'est pareil
Quand tu n'es plus là.

2. Je n' suis plus sûr de c' qui nous est arrivés
J'y pense tous les jours j'ai même peur d'accepter
J'ai gardé le meilleur et enterré le reste
Effacé tes erreurs, oublié tes promesses

{Refren, x3}

Quand tu n'es plus là
Quand tu n'es plus là

lundi 5 janvier 2015

Judith Fais Passer Le Mot

On m'a dit petite, le monde est noir ou blanc.
Il y a ceux qui sont et ceux qui font semblant.
Tu n'auras pas toujours ce que tu attends.
C'est la vie c'est comme ça.

On m'a dit petite, descend de ton nuage.
Toutes ces illusions ne sont que de passage.
Tu t'en souviendras quand tu auras notre âge
Mais moi.

Je sais que nos rêves sont solides comme du béton.
A tort ou à raison,
Fais passer le mot.
Je sais qu'on est nombreux à savoir ce qu'on veut.
On baissera pas les yeux.
Fais passer le mot.

On m'a dit tu sais le monde ne t'attend pas.
tu n'as pas les armes pour mener ton combat.
Rentre dans le rang de ceux qui marche droit.
C'est la vie, c'est comme ça

On m'a dit tu sais, tu changeras pas les choses.
Ne perds pas ton temps à défendre ta cause.
Tu crois tout savoir alors que tu supposes
Mais moi.

Je sais que nos rêves sont solides comme du béton.
A tort ou à raison,
Fais passer le mot.
Je sais qu'on est nombreux à savoir ce qu'on veut.
On baissera pas les yeux.
Fais passer le mot.

Pourquoi s'effacer
Et laisser nos voix
Nos rêves c'est tout ce qu'on a.

Toi dis leur que nos rêves sont solides comme du béton.
A tort ou à raison,
Fais passer le mot.
Dis leur qu'on est nombreux à savoir ce qu'on veut.
On baissera pas les yeux.
Fais passer le mot.

Dis leur que nos rêves sont solides comme du béton.
A tort ou à raison,
Fais passer le mot.
Dis leur qu'on est nombreux à savoir ce qu'on veut.
On baissera pas les yeux.
Fais passer le mot.
Fais passer le mot...

Helene Segara - les vallees d`irlande

Des flamants roses allumaient le ciel
Tout semblait presque irréel
Nous seuls au monde face à ce ballet
A peine si l'on osait parler

Il est des choses que l'on n'oublie pas
Des odeurs de grands vents
Et quand l'absence a repris le pas
On voyage hors du temps

Et je revois les vallées d'Irlande
Où les herbes sont un lit aux jupes qui s'étendent
Et la brume dans les vallées d'Irlande
Venait bien souvent nous surprendre

Les flamants roses ont quitté le ciel
Moi je n'suis qu'une fille sans nouvelles
Pourquoi l'automne vient tout nous voler
Et nous laisse aux regrets

Et je revois les vallées d'Irlande
Où les herbes sont un lit aux jupes qui s'étendent
Et la brume dans les vallées d'Irlande
Venait bien souvent nous surprendre

C'est vrai que ma peine est tellement grande
Mais que faut-il comprendre
Si rien ne dure il reste à se dire
Qu'il y a les souvenirs

Et je revois les vallées d'Irlande
Où les herbes sont un lit aux jupes qui s'étendent
Et la brume dans les vallées d'Irlande
Venait bien souvent nous surprendre (x2)