dimanche 28 septembre 2014

Indila - S.O.S

C'est un SOS, je suis touchée je suis à terre
Entends-tu ma détresse, y'a t-il quelqu'un ?
Je sens que je me perds

J'ai tout quitté, mais ne m'en veux pas
Fallait que je m'en aille, je n'étais plus moi
Je suis tombée tellement bas
Que plus personne ne me voit
J'ai sombré dans l'anonymat
Combattu le vide et le froid, le froid
J'aimerais revenir , j' n'y arrive pas
J'aimerais revenir
Je suis rien, je suis personne
J'ai toute ma peine comme royaume
Une seule arme m'emprisonne
Voir la lumière entre les barreaux
Et regarder comme le ciel est beau
Entends-tu ma voix qui résonne (qui résonne) ?

C'est un SOS ,je suis touchée je suis à terre
Entends-tu ma détresse, y'a t-il quelqu'un ?
Je sens que je me perds ..

Le silence tue la souffrance en moi
L'entends-tu ? Est-ce que tu me vois ?
Il te promet, fait de toi
Un objet sans éclat
Alors j'ai crié, j'ai pensé à toi
J'ai noyé le ciel dans les vagues, les vagues
Tous mes regrets, toute mon histoire
Je la reflète
Je suis rien, je suis personne
J'ai toute ma peine comme royaume
Une seule arme m'emprisonne
Voir la lumière entre les barreaux
Et regarder comme le ciel est beau
Entends-tu ma voix qui résonne (qui résonne)

C'est un SOS, je suis touchée je suis à terre
Entends-tu ma détresse, y'a t-il quelqu'un ?
Je sens que je me perds ...

C'est un SOS, je suis touchée je suis à terre
Entends-tu ma détresse, y'a t-il quelqu'un ?
Je sens que je me perds

C'est un SOS, je suis touchée je suis à terre
Entends-tu ma détresse, y'a t-il quelqu'un ?
Je sens que je me perds

Coeur de pirate - Mistral Gagnant

A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu'y en a
Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra
En serrant dans ma main tes p'tits doigts
Pis donner à bouffer à des pigeons idiots
Leur filer des coups d' pieds pour de faux
Et entendre ton rire qui lézarde les murs
Qui sait surtout guérir mes blessures
Te raconter un peu comment j'étais mino
Les bonbecs fabuleux qu'on piquait chez l' marchand
Car-en-sac et Minto, caramel à un franc
Et les mistrals gagnants

A r'marcher sous la pluie cinq minutes avec toi
Et regarder la vie tant qu'y en a
Te raconter la Terre en te bouffant des yeux
Te parler de ta mère un p'tit peu
Et sauter dans les flaques pour la faire râler
Bousiller nos godasses et s' marrer
Et entendre ton rire comme on entend la mer
S'arrêter, r'partir en arrière
Te raconter surtout les carambars d'antan et les cocos bohères
Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres
Et nous niquaient les dents
Et les mistrals gagnants

A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder le soleil qui s'en va
Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fou
Te dire que les méchants c'est pas nous
Que si moi je suis barge, ce n'est que de tes yeux
Car ils ont l'avantage d'être deux
Et entendre ton rire s'envoler aussi haut
Que s'envolent les cris des oiseaux
Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
Et l'aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants
Et les mistrals gagnants

Zaho - Tourner la page

J'ai vu sur ma route pleins de paysages
Avec des mots je peins des images
Sortie de ma cage, montée d'un étage
Aujourd'hui je plane dans les nuages

Et je laisse la vie m'emporter,
Et je laisse ma plume me porter,
Ce n'est pas si facile de tourner la page.

Quand le présent m'échappe
Et que le passé me traque
Je soupire pour dire "dommage"
Je m'arrête un moment, juste pour une chanson
Et je rattrape le temps volage

Et je laisse la vie m'emporter,
Et je laisse ma plume me porter
Mes joies et mes peines
Et je laisse la vie m'emporter,
Et je laisse ma plume me porter,
J'attends cette voix qui m'appelle

Pour pardonner les mots muets,
Le temps coule dans le sablier
Pour oublier, ne pas plier,
J'avance sans savoir où je vais.

J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
Tourner la page
J'essaye de tourner la page

Ivre comme un poète, libre comme une mouette,
J'accompagne les solitaire au large
Dans un océan de rage, sous le beau temps ou l'orage,
Je dépose mon ancre et je nage

Et je laisse la vie m'emporter,
Et je laisse ma plume me porter,
Ce n'est pas si facile de tourner la page

A ceux qui m'écoutent et qui d'eux même sont otages,
J'écris pour vous dire "courage".
A ceux qui m'écoutent même lorsque je doute
Je chante merci je vous aimes quand je suis lâche

Et je laisse la vie m'emporter,
Et je laisse ma plume me porter
Mes joies et mes peines
Et je laisse la vie m'emporter,
Et je laisse ma plume me porter,
J'attends cette voix qui m'appelle

Pour pardonner les mots muets,
Le temps coule dans le sablier
Pour oublier, ne pas plier,
J'avance sans savoir où je vais.

J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
J'essaye de tourner la page
Tourner la page

J'ai vu sur ma route pleins de paysages
Avec des mots je peins des images
J'ai vu sur ma route pleins de paysages
Avec des mots je peins des visages
J'ai vu sur ma route pleins de paysages
Avec des mots je rends hommage

Margaux Avril - Lunatique

Bat la pluie contre mon visage
C'est l'orage qui gronde au loin
Tes démons sont de passage
Fige le temps, arrête mes sentiments
Mes émotions font face alors à tes éléments
À quoi me sert ton visage d'ange ?
Je t'écris ce que mon coeur dit saisi par l'ennui

Je t'aime le jour, à quand la nuit ?
Ton autre toi tes envies
C'est comme toujours l'un ou l'autre me défie
Le masque tombe tu t'enfuis

Pourtant le nuit m'a souvent permis
De mettre à la lumière
Tes pensées faites pour me plaire
Juste un instant pour que tu vires au vent
Mon coeur chavire alors au bord du temps

Je t'aime le jour, à quand la nuit ?
Ton autre toi tes envies
C'est comme toujours l'un ou l'autre me défie
Le masque tombe tu t'enfuis
Je t'aime le jour, à quand la nuit ?

Bat la pluie contre mon visage
C'est l'orage qui gronde au loin
Tes démons sont de passage
Fige le temps, arrête mes sentiments
Mon coeur chavire alors au bord du temps

Je t'aime le jour, à quand la nuit ?
Ton autre toi tes envies
C'est comme toujours l'un ou l'autre me défie
Le masque tombe tu t'enfuis
Je t'aime le jour, à quand la nuit ?
C'est comme toujours l'un ou l'autre me défie
Le masque tombe tu t'enfuis


Joyce Jonathan - Caractère

Tout à commencer
y'a longtemps
en classe de primaire
déprimer faut le faire

tout à commencer
sur le divan
à régler mes affaires
à parler de mon père

il m'a fallu des années lumières
retrouver l'origine de mes affaires

Refrain:
je rêve, je m'enferme
je sais qu'au fond de moi
des milliers de combats
s'enflamment et se terrent
tout ce que j'ai vécu
à forger mon foutu caractère

on garde en mémoire
que les bavures
de vieilles histoires
des vieilles rancunes

elles rendent nos joies dérisoires
des journées obscures
des armes sans armures

il m'a fallu être terre à terre
pour aimer la vie sans jamais être amère

Refrain

je veux que ce soir
on se rappelle
nos plus beaux moments
nos rêves d'enfants

il m'a fallu des années lumières
retrouver l'origine de mes enfers

Refrain x 2

Vanessa Paradis - Que Fait La Vie

Mais que fait la vie
Que fait la vie
Que fait la vie nuit de nos bébés
Qui dois-je annoncer

Faire le pressing ou repasser
J'hésite
Je m'étais déjà repliée
Des pompes ou des apnées
J'hésite
Un mille bornes, plutôt crever

Mais que fait la vie
Que fait la vie
Que fait la vie de nos dossiers
Qui dois-je dénoncer

J'aurais voulu que tu me vois
Le long des alluvions
Des hallus que nous avions
Affontant dragons
Simbad et aragon...
J'aurais voulu que tu me crois
En proie à l'oregon...

Mais que fait la vie
Que fait la vie
Que fait la vie nuit de nos allées
De nos lauriers jonchées

Donner de ordres au jardinier
J'évite
Trop d'infos à recouper
Trop de chiffres à defricher
J'évite
Et de halos à décrocher

J'aurais voulu que tu me vois
Le long des alluvions
Des hallus que nous avions
Affrontant dragons
Simbad et aragon...
J'aurais voulu que tu me crois
En proie à l'oregon...

Faire le pressing ou repasser
J'hésite
Je m'étais déjà repliée
De pompes ou des apnées
J'hésite
Un mille bornes, plutôt crever

J'aurais voulu que tu me vois
Le long des alluvions
Des hallus que nous avions
Affrontant dragons
Simbad et aragon...
J'aurais voulu que tu me crois
En proie à l'oregon...

Mais que fait la vie
Que fait la vie
Que fait la vie
...

samedi 27 septembre 2014

JENIFER - Tourner ma page

Je n'emporte rien vraiment
Je veux vivre d'autres nuies
Je suis riche du temps
De tout ce que j'ai perdu
Je suis légère au vent
Je promet d'être sage
De laisser au cadran
L'aiguille tourner ma page

On a pas trop de temps
à faire l'amour à l'envers
il y a tant de vents contraire
On a pas trop de ciel
Pour s'étendre sur le sujet
à rêver l'essentiel enlacés
Mais quand l'amour est là
il n'est jamais acquis
Et quand il est parti
il nous laisse des Pourquoi
Pourquoi, Pourquoi,Pourquoi...

Je n'emporte rien vraiment
Je veux vivre d'autres mues
Je suis riche du temps
De tout ce que j'ai perdu
Je suis légère au vent
Je promet d'être sage
De laisser au cadrant
L'aiguille tourner ma page

On a pas trop de nuits
Même en fermant les yeux
Pour semers notres solitude à deux
On a pas trop de vie
pour voyager la terre
Elle n'a jamais menti
Même en l'hiver
Mais quand l'amour est là
il n'est jamais acquis
Et quand il est parti
il nous laisse des Pourquoi
Pourquoi, Pourquoi,Pourquoi...

Je n'emporte rien vraiment
Je veux vivre d'autres nues
Je suis riche du temps
De tout ce que j'ai perdu
Je suis légère au vent
Je promet d'être sage
De laisser au cadrant
L'aiguille tourner ma page

Je n'emporte rien vraiment
Je veux vivre d'autres nues
Je suis riche du temps
De tout ce que j'ai perdu
Je suis légère au vent
Je promets d'être sage
De laisser au cadrant

L'aiguille tourner ma page

Je n'emporte rien vraiment
Je veux vivre d'autres nues
Je suis riche du temps
De tout ce que j'ai perdu
Je suis légère au vent
Je promet d'être sage
De laisser au cadrant
L'aiguille tourner ma page

TWIN TWIN / MOUSTACHE

Quelque chose me manques, mais quoi?
Je veux ci, je veux ça
Quand j’dors, j’fait des rêves en dollars
Tout les jours, j’ai un nouveau costard
.
Chez moi tout est neuf, tout est beau
Le monde pleure derrière mes rideaux
J’m’en fous j’habite au dernier étage
J’connais même pas ma femme de ménage
.
Il y a du cuir, dans ma voiture
L’odeur de mon parfum me rassure
Je n’aime pas montrer mes émotions
à la salle de musculation
.
Je soulève quelques poids et haltères
Mon corps est une machine de guerre
J’ai tout ce qu’on rêverait d’avoir
J’ai peut-être tout c’est vrai mais
.
Moi j’voulais une moustache
Moustache x6
I wanna have a moustache, a moustache,
a moustache, quiera un bigote
.
Refrain:
Je veux ci je veux ça
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci c’est comme ça
Il y a toujours un truc que j’ai pas
[x2] .
Je veux ci je veux ça
C’est comme ci c’est comme ça
Je veux ci je veux ça
C’est comme ci c’est comme ça
Il y a toujours un truc que j’ai pas
.
Alors j’en rajoute encore
Des tonnes de choses derrière mes placards
J’ai des amis quand même
Et même j’ai des amis qui m’aiment
.
J’me dis j’ai tout pour plaire
J’ai tout pour, j’ai le monde à mes pieds
C’est fou
J’ai tout ce qu’on rêverait d’avoir
J’ai peut-être tout c’est vrai mais
.
Moi j’voulais une moustache
Moustache x6
I wanna have a moustache, a moustache,
a moustache, quiera un bigote
.
Refrain:
Je veux ci je veux ça
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci c’est comme ça
Il y a toujours un truc que j’ai pas
[x2] .
J’donnerais tout ce que j’ai
Contre une moustache
Maintenant je sais
C’que j’veux c’est
Une moustache
.
J’pourrais tout laisser
Tout donner
Pour une moustache
J’ai peut-être tout c’est vrai
Mais pas ce que je voulais
.
Refrain:
Je veux ci je veux ça
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci c’est comme ça
Il y a toujours un truc que j’ai pas
[x2] .
Mais moi j’voulais une moustache

Coeur de pirate - Adieu

Tu ris si mal, tu ris de vide
Des taches de vin sur ta chemise
Qui à deux boutons éclatait
Sur ton corps qui me repoussait

Tu fais l'amour en deux poussées
Blâmant le manque, la tournée
Et pendant que tu t'articules
Moi je soupire et toi

Tu me menaces de partir
Parce que je hurle quand
Tu chantes tes souvenirs

Eh bien, chéri, prends donc la porte
Car tu sais que plus rien ne m'importe
Mais dis-moi adieu demain
Mais dis-moi adieu en chemin
Va voir les autres, je n'en pense rien
Je t'ai aimé, mais je t'assure que c'est la fin

Crois-tu pouvoir enfin me dire
Que tu veux bien qu'on reste amis
Non, c'est gentil, ça va comme ça
Des amis j'en ai plein déjà

Je n'aurai donc plus à t'entendre
Rentrer la nuit quand j'attends l'aube
Qui arrive en poussant les heures
Moi je me lève et toi

Zaz - On ira

On ira écouter Harlem au coin de Manhattan
On ira rougir le thé dans les souks à Amman
On ira nager dans le lit du fleuve Sénégal
Et on verra brûler Bombay sous un feu de Bengale

On ira gratter le ciel en dessous de Kyoto
On ira sentir Rio battre au cœur de Janeiro
On lèvera nos sur yeux sur le plafond de la chapelle Sixtine
Et on lèvera nos verres dans le café Pouchkine

Oh qu’elle est belle notre chance
Aux milles couleurs de l’être humain
Mélangées de nos différences
A la croisée des destins

Vous êtes les étoiles nous somme l’univers
Vous êtes un grain de sable nous sommes le désert
Vous êtes mille pages et moi je suis la plume
Oh oh oh oh oh oh oh

Vous êtes l’horizon et nous sommes la mer
Vous êtes les saisons et nous sommes la terre
Vous êtes le rivage et moi je suis l’écume
Oh oh oh oh oh oh oh

On dira que le poètes n’ont pas de drapeau
On fera des jours de fête autant qu'on a de héros
On saura que les enfants sont les gardiens de l’âme
Et qu’il y a des reines autant qu’il y a de femmes

On dira que les rencontres font les plus beaux voyages
On verra qu’on ne mérite que ce qui se partage
On entendra chanter des musiques d’ailleurs
Et l’on saura donner ce que l’on a de meilleur

Oh qu’elle est belle notre chance
Aux milles couleurs de l’être humain
Mélangées de nos différences
A la croisée des destins

Vous êtes les étoiles nous somme l’univers
Vous êtes un grain de sable nous sommes le désert
Vous êtes mille pages et moi je suis la plume
Oh oh oh oh oh oh oh

Vous êtes l’horizon et nous sommes la mer
Vous êtes les saisons et nous sommes la terre
Vous êtes le rivage et moi je suis l’écume
Oh oh oh oh oh oh oh

Vous êtes les étoiles nous somme l’univers
Vous êtes un grain de sable nous sommes le désert
Vous êtes mille pages et moi je suis la plume
Oh oh oh oh oh oh oh

Vous êtes l’horizon et nous sommes la mer
Vous êtes les saisons et nous sommes la terre
Vous êtes le rivage et moi je suis l’écume
Oh oh oh oh oh oh oh

Jenifer - Sur le fil

Marcher sur un fil
c'est pas difficile
il suffit d'un peu d'assurance
mes talons haut me donnent confiance

masquer mes faiblesses
cacher ce qui blesse
une main de fer, un gant de soie
mon mascara me sauvera

sur le fil de ma vie je me perds parfois
a chercher l'quilibre je tombe
mes envies font toujours ce qu'elles veulent de moi
et tant pis si demain tout retombe

sur le fil de ma vie je me perds parfois
a chercher l'quilibre je tombe
mes envies font toujours ce qu'elles veulent de moi
et tant pis si demain tout retombe

marcher sur un fil
solide ou fragile
c'est le destin qui choisira
si je vacille au prochain pas

soigner les dtails
gagner des batailles
j'peux garder mes secrets pour moi
et sourire la camra

sur le fil de ma vie je me perds parfois
a chercher l'quilibre je tombe
mes envies font toujours ce qu'elles veulent de moi
et tant pis si demain tout retombe

sur le fil de ma vie je me perds parfois
a chercher l'quilibre je tombe
mes envies font toujours ce qu'elles veulent de moi
et tant pis si demain tout retombe

marcher sur un fil
ma vie qui dfile
il faut bien tenir la distance
et prendre quelques contresens

ma vie sur un fil
me mne l'exil
si il se dfile
ca me fait trembler mais j'avance
j'aurais vibrer, quelle importance

sur le fil de ma vie je me perds parfois
a chercher l'quilibre je tombe
mes envies font toujours ce qu'elles veulent de moi
et tant pis si demain tout retombe

sur le fil de ma vie je me perds parfois
a chercher l'quilibre je tombe
mes envies font toujours ce qu'elles veulent de moi
et tant pis si demain tout retombe

Margaux Avril - L'air de rien

Mon cher ami mon cher amour
Tu es rentré dans ma vie
M'a prise de court
Tu m'as donné l'envie de croire à l'amour
J'ai oublié ce qu'était l'ennuie
Avec tes mots de velours
Tes promesses qui m'obsèdent nuit et jour

Je veux me réveiller chaque matin
Ton corps blotie contre le mien
Je veux mon coeur en tes deux mains
Pour qu'il batte avec le tien


[Refrain]
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce a ce petit coup de rein
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce à ce petit coup de rein

Mon cher amant mon cher ami
Je te veux dans mes bras toujours unis
Quand tu n'es pas là mon sourire s'assombrit

Même si souvent tu me mens
Amour amant et ennemis
Toujours contre toi
Je m'oublie

Je veux me réveiller chaque matin
Ton corps blotie contre le mien
Je veux mon coeur en tes deux mains
Pour qu'il batte avec le tien

[Refrain]
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce à ce petit coup de rein
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce à ce petit coup de rein

Mon cher amour mon cher amant
Tu as peur de mes yeux tu fais semblant
Tu te caches derrière tes aises indifférents

Sous tes baisers et tes caresses
Je sais qu'il y a tes sentiments
Tu m'aimes chaque jour plus profondément

Je veux me réveiller chaque matin
Ton corps blotie contre le mien
Je veux mon coeur en tes deux mains
Pour qu'il batte avec le tien

[Refrain]
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce à ce petit coup de rein
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce à ce petit coup de rein

Mon cher ami mon cher amant
Tu as peur de mes yeux tu fais semblant

Sous tes baisers et tes caresses
Je sais qu'il y a tes sentiments
Tu m'aimes chaque hour plus profondément

[Refrain]
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce a ce petit coup de rein
Viens l'air de rien
Te perdre dans mes va et vient
Tu sais que je te tiens
Grâce à ce petit coup de rein.

samedi 13 septembre 2014

Mylène Farmer - Pardonne-moi (HQ)

Prince hongrois
Nos chaque jour :
... Il était une fois
Des vœux d'amour
Quand il montait chez moi
La première fois...

Prince hindou
Je l'imagine encore
Au creux de moi
Je veux plonger dans son cœur,
Et sa voix
Me dit tout bas...

Prince arabe
Tes silences effleuraient
Du bout des doigts
Tous mes sens, aurons-nous
Un autrefois ?
Reste chez moi

Pardonne-moi
Si la douleur remue tout
Qu'elle me broie
De t'aimer comme un fou
Que tu n'es pas
Pardonne-moi

Prince Aurore
Où en est-on
De ces pulsions de mort ?
Qu'avons nous fait de bien
Après l'effort
Deux corps, un sort

Prince hongrois
L'on descend de l'autre
Coté du monde
Parcourir l'étoile
A chaque seconde
Partager l'ombre

Pardonne-moi
Si la douleur remue tout
Qu'elle me broie
De t'aimer comme un fou
Que tu n'es pas
Pardonne-moi
Pardonne-moi
La profondeur de mon amour
Pour toi
Si c'est du sang qui coule
Au fond de moi
Pardonne-la

Prince noir
Délivre-moi de mon sang,
D'un espoir
Car en moi guette un silence
Sans fard
Un nulle part